Cécile Wastiaux, correction – relecture en langue française

Qui suis-je ?

Mon parcours

Cécile Wastiaux

Géographe de formation et titulaire d'un doctorat en sciences, férue de nature, j'ai travaillé pendant une vingtaine d'années (de 1994 à 2015) dans des institutions scientifiques, principalement à l'université de Liège (Belgique).

Au cours de contrats variés, j'ai effectué des recherches et des études appliquées dans différentes disciplines des sciences de la Terre et des sciences de la vie.

La communication écrite, partie intégrante du travail scientifique, exige clarté et précision. Rigoureuse et perfectionniste, j'ai toujours pris plaisir à rédiger mes rapports et publications… et à corriger ceux de mes collègues !

Cécile

Parallèlement à cette activité, mon inclination pour les langues en général, et pour le maniement de la langue française en particulier, m'a conduite à explorer d'autres ressources. J'ai notamment suivi une formation pratique en traduction anglais — français, tout en perfectionnant ma connaissance de plusieurs langues européennes. J'ai également donné des cours de français langue étrangère pendant quatre ans.

Après ces multiples expériences, il m'est apparu comme une évidence que le travail de correctrice me permettrait de combiner mes aspirations et mes compétences et de contribuer, même modestement, au maintien et à la reconnaissance d'une langue de qualité, gage d'une communication harmonieuse.

Pour garantir un niveau professionnel, j'ai suivi avec succès la formation au métier de correcteur dispensée par le cabinet MD Mots.

Mes spécificités

Sans renier mes antécédents scientifiques, je me présente avant tout comme une correctrice généraliste. Bien loin de la dichotomie « scientifique — littéraire », c'est justement l'apport mutuel de ces deux orientations qui me permet de proposer un service empreint de rigueur et d'esprit critique, quel que soit le type de texte à corriger. Je transpose tout naturellement au travail de correction les qualités acquises et développées lors de mon parcours universitaire : le sens de l'analyse, le souci de la précision, l'esprit de synthèse, la faculté d'adaptation à des sujets nouveaux, la culture du doute et de la remise en question – sans oublier l'humilité du chercheur.

La sobriété d'un rapport pointu ou l'exubérance d'un récit romanesque, l'austérité d'une brochure technique ou la complexité d'une thèse appellent la même recherche du mot juste et du ton adéquat, le même art de la virgule, le même jeu sur les modulations infinies de la langue. Dans certains cas, cependant, une connaissance plus approfondie du thème ou du registre d'un texte peut constituer un avantage. Les catégories suivantes me sont plus particulièrement familières :